Nicolas-CLAUSS-artiste-plasticien-bOssa-TALENTS

Nicolas CLAUSS

Plasticien de l'image en mouvement, vit et travaille à Marseille.

 

Nicolas Clauss pose les pinceaux en 2000 pour utiliser principalement la vidéo et la programmation. Ses installations et tableaux d’un nouveau genre sont des œuvres génératives, non-figées en « ré-écriture » constante.

 

La démarche du plasticien vidéographe ne cesse de questionner, dans une forme d’anthropologie visuelle et chorégraphique, la figure et la réalité humaine en inventant d'autres modes d'exploration de l'image en mouvement.

 

Ses œuvres pour lesquelles il a reçu plus d'une dizaine de prix sont exposées à Tokyo, Séoul, Beijing, Sydney, Kuala Lumpur, Mexico City, Boston, New York, Toronto, Venise...

Endless Portrait - Wayne, NYC 2014
Endless Portrait - Wayne, NYC 2014

2014/2018 - Série de portraits vidéographiques aléatoires Entre photographie et film, cette série de portraits d’un nouveau genre explore la dilatation du temps vidéographique. Ces portraits n’ont ni début ni fin et rejouent à l’infini, selon une écriture générative, les quelques secondes de film dont ils sont constitués. Le frémissement aléatoire de l’image et la permanence des regards qui nous fixent installent le trouble. Crédit photo © Nicolas Clauss, Adagp Paris 2019

Go to link
press to zoom
Endless Portrait - Girl, Hanoï 2016
Endless Portrait - Girl, Hanoï 2016

2014/2018 - Série de portraits vidéographiques aléatoires Entre photographie et film, cette série de portraits d’un nouveau genre explore la dilatation du temps vidéographique. Ces portraits n’ont ni début ni fin et rejouent à l’infini, selon une écriture générative, les quelques secondes de film dont ils sont constitués. Le frémissement aléatoire de l’image et la permanence des regards qui nous fixent installent le trouble. Crédit photo © Nicolas Clauss, Adagp Paris 2019

Go to link
press to zoom
Endless Portrait - Denis, Paris 2016
Endless Portrait - Denis, Paris 2016

2014/2018 - Série de portraits vidéographiques aléatoires Entre photographie et film, cette série de portraits d’un nouveau genre explore la dilatation du temps vidéographique. Ces portraits n’ont ni début ni fin et rejouent à l’infini, selon une écriture générative, les quelques secondes de film dont ils sont constitués. Le frémissement aléatoire de l’image et la permanence des regards qui nous fixent installent le trouble. Crédit photo © Nicolas Clauss, Adagp Paris 2019

Go to link
press to zoom
Endless Portrait - Eva, Modica 2014
Endless Portrait - Eva, Modica 2014

2014/2018 - Série de portraits vidéographiques aléatoires Entre photographie et film, cette série de portraits d’un nouveau genre explore la dilatation du temps vidéographique. Ces portraits n’ont ni début ni fin et rejouent à l’infini, selon une écriture générative, les quelques secondes de film dont ils sont constitués. Le frémissement aléatoire de l’image et la permanence des regards qui nous fixent installent le trouble. Crédit photo © Nicolas Clauss, Adagp Paris 2019

Go to link
press to zoom
Endless Portrait - Mother and Kid...
Endless Portrait - Mother and Kid...

2014/2018 - Série de portraits vidéographiques aléatoires Entre photographie et film, cette série de portraits d’un nouveau genre explore la dilatation du temps vidéographique. Ces portraits n’ont ni début ni fin et rejouent à l’infini, selon une écriture générative, les quelques secondes de film dont ils sont constitués. Le frémissement aléatoire de l’image et la permanence des regards qui nous fixent installent le trouble. Crédit photo © Nicolas Clauss, Adagp Paris 2019

Go to link
press to zoom
Endless Portrait - the Astrologer...
Endless Portrait - the Astrologer...

2014/2018 - Série de portraits vidéographiques aléatoires Entre photographie et film, cette série de portraits d’un nouveau genre explore la dilatation du temps vidéographique. Ces portraits n’ont ni début ni fin et rejouent à l’infini, selon une écriture générative, les quelques secondes de film dont ils sont constitués. Le frémissement aléatoire de l’image et la permanence des regards qui nous fixent installent le trouble. Crédit photo © Nicolas Clauss, Adagp Paris 2019

Go to link
press to zoom
Endless Portrait - Man, Beijing 2015
Endless Portrait - Man, Beijing 2015

2014/2018 - Série de portraits vidéographiques aléatoires Entre photographie et film, cette série de portraits d’un nouveau genre explore la dilatation du temps vidéographique. Ces portraits n’ont ni début ni fin et rejouent à l’infini, selon une écriture générative, les quelques secondes de film dont ils sont constitués. Le frémissement aléatoire de l’image et la permanence des regards qui nous fixent installent le trouble. Crédit photo © Nicolas Clauss, Adagp Paris 2019

Go to link
press to zoom
Endless Portrait - Kinsley, Aix 2016
Endless Portrait - Kinsley, Aix 2016

2014/2018 - Série de portraits vidéographiques aléatoires Entre photographie et film, cette série de portraits d’un nouveau genre explore la dilatation du temps vidéographique. Ces portraits n’ont ni début ni fin et rejouent à l’infini, selon une écriture générative, les quelques secondes de film dont ils sont constitués. Le frémissement aléatoire de l’image et la permanence des regards qui nous fixent installent le trouble. Crédit photo © Nicolas Clauss, Adagp Paris 2019

Go to link
press to zoom
Endless Portrait Model, Beijing 2015
Endless Portrait Model, Beijing 2015

2014/2018 - Série de portraits vidéographiques aléatoires Entre photographie et film, cette série de portraits d’un nouveau genre explore la dilatation du temps vidéographique. Ces portraits n’ont ni début ni fin et rejouent à l’infini, selon une écriture générative, les quelques secondes de film dont ils sont constitués. Le frémissement aléatoire de l’image et la permanence des regards qui nous fixent installent le trouble. Crédit photo © Nicolas Clauss, Adagp Paris 2019

Go to link
press to zoom
1/2